Rechercher
  • cherynespallargas

Ah, les chaisières...

À Nice, des années 1950 jusqu'aux années 1980, les chaisières étaient connues comme le loup blanc. Elles étaient chargées de la vente des tickets donnant l’autorisation de s’asseoir sur les chaises de la Promenade des Anglais et des jardins.

L’hiver, ces dames, indispensables à la concession de Jacques Ballanger, étaient habillées d’une robe noire, d’un long tablier à poches pour les pièces, et d’un chapeau de laine, qu’elles troquaient l’été pour un chapeau de paille.

Du matin au soir, et tous les jours, elles arpentaient le bord de mer niçois.

Elles étaient divisées en groupe de deux et chaque duo était chargé d’une parcelle :

Promenade des Anglais, Jardin Albert 1er ou Jardin Masséna.



Certains racontent qu’au passage des chaisières,

les enfants qui s’étaient assis et qui n’avaient pas acheté de ticket, s’enfuyaient à toute allure pour éviter de se faire réprimander.

D’autres, malins, achetaient un seul ticket « droit de s’asseoir »,

le découpaient en autant de parties qu’ils n’étaient d’enfants.

Lors du passage du contrôleur, chacun mettait son bout de ticket autour du doigt,

ainsi cela donnait l’illusion que chacun avait bien son « droit de s’asseoir ! »



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout